retour sur lectures solaires… pour combattre le feu par le feu

Je rédigeais ce matin quelques notes pour mettre à jour un document écrit au cours des derniers jours de décembre 2017 pour faire le point… et prendre des résolutions. J’avais alors terminé mon contrat comme animateur des jardins collectifs sous la responsabilité du Club populaire des consommateurs de Pointe-Saint-Charles, contrat temporaire pour lequel j’effectuais un remplacement suite à la maîtrise en littérature. J’étais sans emploi, et notre situation familiale devenait préoccupante financièrement.
Je ne me citerai pas ici (l’essentiel qui se dégage de ce texte est encore une fois la nécessité de chercher à atteindre l’équilibre) car mon but était simplement de renouer avec l’écriture, non pas tant pour souligner les progrès accomplis depuis (j’ai notamment trouvé un travail comme Chargé de projets spéciaux à l’ASTED), que pour partager certaines coups de cœur pour des lectures effectuées plus tôt cette année et évoquer des lectures en cours.

En lien avec mon travail, je lis à bonnes petites lampées The Atlas of New Librarianship, de David Lankes, réédition de l’ouvrage paru en avril 2011, et mis sous licence Creative Commons, il y a un peu plus  d’un mois (téléchargeable au format PDF d’abord – puis s’est ajoutée la version ePub) depuis le site de l’auteur.

Je suis aussi en train de (re)lire L’Incandescent, un ouvrage assez récent (2003, ça fait à peine 15 ans) de Michel Serres, paru aux Éditions Le Pommier et dont la couverture présente un champlabouré où un sillon de neige demeure rétif à la fonte, comme une incongruïté au cœur de l’été. Cela me paraissait seyant en ces temps de canicule généralisée. Dans ce dernier cas, pourtant, je suis tombé dessus (tel la pomme choit du pommier, mûre), en constituant l’inventaire des livres qui occupent beaucoup d’espace dans notre relativement petit appartement.
Parenthèse : Il est intéressant de constater à quel point il est encore plus difficile de me résoudre à me départir de livres une fois que je les ai inscrits dans une base de données, ce qui me donne parfois l’occasion de découvrir leur rareté et leur valeur aux yeux d’autres lecteurs, alors que je les avais hérités de mon père ou acheté sans trop réfléchir à l’Échange (librairie de livres usagés sur la rue Mont-Royal à Montréal).
Finalement, Michel Serres est un fidèle animateur de réflexions profondes et pertinentes, grâce en grande partie à son approche littéraire et surtout passionnément humaniste des grandes questions théoriques, philosophiques, politiques et même économiques (Le Parasite).
Il est d’ailleurs, lui aussi, auteur d’un Atlas. L’écriture de l’auteur du Tiers instruit peut sembler aride, mais il est d’une grande générosité si on persévère. Il veut nous faire aimer la vie (et la vérité) dans ce qu’elle a de rayonnant.
Je vous en citerai un extrait plus bas c’est promis.

Pour l’instant, ce qui compte est que je vous relate aussi la place nouvelle qu’ont pris (outre les vieux livre de ma bibliothèque que je redécouvre en les inventoriant), les petits livres laissés par des généreux philanthropes dans les micro-bibliothèques de quartier, notamment celle qui se trouve dans l’entrée du service de garde «Le petit prince», au demi-sous-sol de l’École Charles-Lemoyne, où va mon fils (il vient de terminer sa maternelle).
Lire la suite

Publicités

En écho à ma conversation d’hier avec Isabelle, une amorce d’introduction à l’esthétique …

 

Qu’est-ce que l’esthétique ? (1/x)

Pourquoi ce billet m’est-il cher ?

Ce billet m’est cher. Et ce pour plusieurs raisons.
D’abord parce qu’il témoigne de ce que j’ai osé prendre le temps de me consacrer à la réflexion philosophique, ma « passion dominante » comme disait David Hume à propos de la littérature, alors qu’on a toujours mille raisons de différer les choses essentielles… Ensuite, parce qu’il m’est inspiré par une conversation que j’ai eue hier soir avec une femme, Isabelle Drolet, qui a tout un parcours et dont on sent qu’elle apprécie réellement la réflexion critique et qui m’a demandé humblement de l’aider à comprendre en quoi consiste l’«esthétisme», mot qui n’est pas le même que celui que je vais tenter de définir aujourd’hui, mais qui va me servir de point d’appui pour expliquer certaines différences entre les deux «phénomènes». Comme l’a dit Isabelle, à la fin de notre conversation – dans le cadre du 5 à 7 (il était 10h…) pour célébrer les avancées du Bâtiment 7, ce projet de fabrique d’autonomie collective, fruit d’un travail de près de 14 ans de la part de ce qui est devenu, depuis plus de 5 ans, le Collectif 7 à Nous, issu de et enraciné dans la communauté de Pointe-Saint-Charles – , c’était « une belle rencontre ». Et je dois avouer que ça m’a fait chaud au coeur lorsqu’elle m’a fait le compliment de me dire que j’étais un « vrai philosophe » parce que je savais vraiment discuter, sans nécessairement chercher à avoir raison à tout prix, ce qu’elle apprécie profondément. Mais ce qui me fait vraiment plaisir, c’est que ça me confirme que nous pouvons tous devenir vraiment philosophes, si nous apprenons, comme Isabelle le disait si bien, à nous questionner.

La troisième raison pour laquelle je suis particulièrement attaché à ce billet, avant même de l’avoir écrit (ou d’en avoir conçu le plan), c’est que je vais m’y attaquer pour une rare fois, assez directement, à un sujet qui est au coeur de mes préoccupations et qui constitue l’objet principal de mes recherches depuis la fin de mon baccalauréat en philosophie, et même qui est une des raisons d’être de mon engagement dans les études en philosophie, à savoir la revalorisation de la philosophie de l’art par rapport aux autres branches de la philosophie, souvent jugées plus prestigieuses.

Situer l’esthétique parmi les «branches» de la philosophie …

Quelles sont les branches de la philosophie ?

L’ontologie, science de l’être en tant qu’être

L’ontologie s’applique à expliciter les fondements de l’être, parfois pour lui-même, plus souvent en relation (plus ou moins conflictuelle ou harmonieuse, selon les perspectives), avec la notion de devenir. Cela nous ramène au vieux conflit entre Héraclite et Parménide. Celui-ci croyait que l’être pouvait être représenté adéquatement par le biais de la pensée d’une sphère parfaite, pleine et régulière (homogène) dans sa composition. On voit que l’esthétique (ici on pourrait dire « l’esthétisme », entendu au sens de « la beauté (voire la pureté) de la représentation ») joue déjà un rôle non négligeable dans l’élaboration des conceptions les plus fondamentales de la pensée occidentale. Il en va probablement de même, mais d’une manière que j’appèlerais à la fois  moins perverse et plus profonde dans la manière dont Héraclite concevait l’être, c’est à dire comme un devenir perpétuel. « Panta rei », disait le philosophe d’Éphèse : « Tout change ». Parmi les physiocrates, les premiers philosophes qui ont essayé de concevoir la réalité du monde sous un concept unificateur, donnant ainsi naissance à la pensée d’une cause sous-jacente aux formes variées qui surgissent dans le courant de la vie, Héraclite fait un peu bande à part, car il a choisi le feu d’une part, élément qui peut paraître destructeur, et qui renvoie de manière plus générale à l’énergie du mouvement qui est aussi contenu dans le flot des eaux d’une rivière ou la déferlante des vents d’une tempête (sans parler de l’éruption d’un volcan). Donc, il renvoyait non pas tant à un élément unique dont tout serait émané, qu’à la multiplicité même des apparences qui se métamorphosent formidablement sous nos yeux ébahis ou blasés.
Lire la suite

Poème pour l’ouïr

Si tu m’écoutes, qu’entends-tu ?
Est-on trop loin pour dialoguer ?

L’écart tue-t-il l’écoute ?
Et le dire, alors : jusqu’où se rend-il ?
À quelle limite porte-t-il ?

Une plaine est sans vivant
Si ce ne sont les graminées
Les insectes sourds
Survolant les fleurs de trèfle
Ou rampant sous le couvert des feuilles

Et le ciel bleu lacéré de blancs cotons

Qu’oit-on depuis la hauteur et
L’horizontalité d’entre les arbres ?

Les avis sont partagés et la vie aussi

Février tire presque à sa fin. On est encore sous le choc de l’élection de Donald Trump.

J’ai pensé que ça ferait du bien d’effectuer une petite incursion sur la Côte Ouest, chez nos voisins du Sud, histoire de confronter notre angoisse, à la faveur d’un colloque sur Rousseau, où nous transporte Benoit Melançon, alias L’Oreille tendue, professeur de littérature. L’intérêt de ce billet réside entre autres dans le caractère ironique de certaines situations, dont l’ambiguïté n’a d’égal que l’aspect frappant de certaines coïncidences. Rousseau et le douanier décontenancé. L’espoir que la pluie nous lave de nos (dés)illusions ?

Et l’évidence que tous les avions mènent à Trudeau… Quels que soient les avis (partagés ou non*) que les livres qu’ils portent à leur bord véhiculent… Et en même temps il y a le contraste entre la drôlerie des réactions et des situations, et la tristesse du sentiment (qui en vient à habiter le silence) de l’absence d’une voix forte de la culture de l’autre «solitude».

Le tout lié par l’écriture lumineuse, malgré les nuages, de cette plume voyageuse  («elle», ci-dessous, c’est évidemment, L’Oreille).

«Il n’est plus.»

Salutations M. McLean et mes condoléances aux communautés de l’humour et de la radio (très larges confréries) !

Homélio Magnolia

* C’est toujours une question difficile que celle du jugement de goût – Rousseau en savait quelque chose, tout comme Diderot, Hume … et d’autres !

Le douanier états-unien: «A conference? About what?» L’Oreille tendue: «Eighteenth-century French literature.» Lui: «No kidding!?» Elle, intérieurement: «No kidding.» Apprendre à Santa Barbara la mort de l’homme de radio Stuart McLean. Tristesse. Le silence n’est plus ce qu’il était. Il n’est plus. Un hôtel qui fait jouer du Ella Fitzgerald au petit déjeuner ne peut pas…

via Notes californiennes — L’Oreille tendue

Comment peut-on être une fleur ? — existence!

Une première neige vient de nous égayer de ses caresses visuo-tactiles ce matin (21 nov.) au Québec. Comme par contre-point anticipatoire, Jean-Paul Galibert publiait, il y a moins d’une semaine (le quinze) un billet doux donnant à humer les couleurs involues en volutes irrisées de la fleur. Enfin, il s’agissait d’une fleur. « L’absente de tout bouquet », disait Mallarmé. Idéale éphémère. À vous de voir à ce qu’elle ne soit pas un mirage.

Une fleur, c’est une coquille de couleur. Sans doute le jardinier, ou le botaniste, la définiront-ils tout autrement; mais ce qui demeure toujours à dire, c’est la fleur en son vécu, dans l’expansion de son vécu au notre. Comment peut-on être une fleur ? Telle est la question par où la fleur, si singulière en sa […]

via Comment peut-on être une fleur ? — existence!

ADDENDUM

J’en profite pour vous annoncer un évènement culturel qui fleure bon la rencontre avec l’intime des objets de passage/paysage via le regard peu objectif de lentilles voy(ag)euses.

Chers amis,

Deux photographes ayant voyagé et exposé ensemble, Anatoly Orlovsky et Yves Vaillancourt, vous invitent à une soirée le 24 novembre, à compter de 17h, à la Galerie MCM Créations.
Il y aura un encan silencieux autour des photographies provenant de leurs expositions passées, du vin et un piano.
L’adresse est 511 Duluth Est. Le métro le plus près est Sherbrooke et il y a un grand stationnement public plus au sud, à l’angle de Roy et de St-Denis.
Nous vous attendons!
Anatoly & Yves

bowriver_yves-vaillancourt

Bow River, Yves Vaillancourt
nadir-sucre_anatoly-orlovksy
Sucré Nadir, Anatoly Orlovsky

Les lignes qu’on n’a pas écrites…

Ceci sera un long tweet en retard…

Pourtant, celles et ceux à qui il s’adresse – le plus directement – bénéficiaient d’une heure de plus aujourd’hui étant donné que l’heure recule pour euxelles au fur et à mesure qu’ils progressent, vers l’Ouest.

Mais à cette heure-ci ils sont sans doute couchés, ayant à se lever tôt pour affronter une autre longue journée de route à travers le Manitoba (principalement, je crois) demain.

Il s’agit de Marcello Vitali-Rosati, mon directeur de recherche, Julie Tremblay-Devirieux, étudiante au doctorat, Erwan Geffroy, H. et A., les amours de Marcello, …

Pour comprendre un peu recherchez sur Twitter #transcan16 entre le 25 mai et le 27 mai 2016 (ou ici)

Mise en contexte autochtone : C’est vital

Alors que j’allais finalement taper la citation de Vers l’Ouest de Kerouac que je jugeais bon d’introduire pour illustrer ce que celui-ci avait pu ressentir au cœur de son périple de trois ans à travers les États-Unis et le Mexique, ma douce est rentrée d’un souper avec des artistes autochtones, dont Kathia Rock et Moe Clark (elle-même originaire de la Rivière Rouge, de la nation Métis à laquelle appartenait Louis Riel), car celles-ci étaient présentes, avec Joséphine Bacon (poétesse innue) et Véronique Audet (chercheuse en musique autochtone actuelle) pour la présentation des résultats d’un rapport intitulé C’est vital, portraits dynamiques de la production culturelle autochtone au milieu urbain au Québec. Anaïs () travaille à la Guilde canadienne des métiers d’art maintenant, après un engagement de 4 ans dans l’OBNL Artial : art et social qu’on avait créé en 2010, et qui était destiné justement à sensibiliser le public québécois à la vitalité (et donc au dynamisme) de la création autochtone au Québec et au Canada actuellement. On a fermé Artial en 2014, pour plusieurs raisons dont la naissance de notre fils, qui aura quatre ans dans un mois. Elle est crevée ces temps-ci, et en même temps ça va mieux que jamais, mais elle a besoin de repos après une soirée bien arrosée, alors elle est allée se coucher tout droit après m’avoir dit deux ou trois mots de la façon dont s’est déroulé l’évènement (une sorte de lancement pour cet important document, qui peut être téléchargé ici sur le site de desti-nations.ca) et que je lui aie déballé les grandes lignes du déroulement de notre soirée à l’inauguration du Skate-parc à Verdun avec F(iston) (ce seront là une part des lignes qui n’auront pas été écrites) et de sa journée au CPE géré par des Autochtones dans le même arrondissement de Montréal. Alors que j’allais compléter l’entrée de la citation de Kerouac que j’avais choisie pour faire écho au fait qu’ils se trouvaient à mi-chemin du trajet qui les conduira vers un colloque de Digital Humanities (Humanités numériques), le grand RV de la Société canadienne qui s’y consacre (CSDH/SCHN) pour 2016, où ils feront état de l’avancée de divers projets et de la signification de celui-là même qu’ils mènent en ce moment (Épuisement de la transcanadienne #transcan16)…

Voir le billet du blog de Marcello pour lire ses réflexions quotidiennes en lien avec ce qu’ils ont vécu http://blog.sens-public.org/marcellovitalirosati/

Interruption inopinée

C’est complexe tout ça. Je vais même m’interrompre un instant pour brancher le ventilateur car il a fait 29° à l’ombre aujourd’hui, alors mon iMac sue…

Sheer (chire) sua (sur la) sonance du beat d’l’alangue à Jack K…

C’est pénible de devoir suivre le fil d’une pensée alors que tout concourt à vous rejeter sur le bord du chemin (la chaleur, la fatigue, le fait de devoir prioriser la rédaction du mémoire sans manquer la moindre opportunité de vivre à plein le moment présent). «Sur le chemin» c’est d’même qu’Jack aurait coualé son Road Movie picturesque s’il avait pu aller au bout de son thrill d’écrire dans la langue de ses ancêt’ … Passk’il l’avait entamé dans c’teu langue-là, avec c’teu tit’ là « Sueu ch’min »… Créyiez moi crayez-moé pô… C’est pas moi qui l’invent’ c’tout un saga qui fait râler l’journalis qui a exhumé ces entreprenures de notre cousin d’Nue Ingland. Un dawmned canuck com nuz-aut’ icite au Québec … Mais il était trop pressé de pas se faire dammné l’pion par un aut’ rookie d’l’écriture à tout’allure qui allait ui voler son blend de la TNT dans le texte. Un que je me rappelle pas le nom, mais qui l’a pris de vitess. On the road fut écrit en 1951 et n’a paru qu’en 1957, fort remanié.

Reprise vers l’expulsion de la citation de Sur la route prétexte à ce billet

Fèk, j’reprends ma citation de Kerouac, pis l’une des raisons qui font que j’ai eu besoin d’extendre mon tweet un brin… c’é qu’y aurait pas été clair si j’l’avais prise dans les citations les plus populaires sur Babelio ou si c’était un mix de mon intuition de lecteur invétéré de briques philosophiques et littéraires pis de mon bol de cocu (c’t’une expression, jumpez pas aux conclusions) qui avait fait l’boulot de la dégotter celle-là…

Or c’est pas le cas (option 1), c’est vraiment le pif de mon doigt aidé de la jugeotte de mon oeil qui est allé repérer à vue d’nez yétait où l’milieu (approx) de L’original roll (traduit par Josée Kamoun) avait pu se trouver en faisant le pari qu’il recèlerait la « quintessence » quelque expression éblouissante de l’impression d’être perdu au milieu du chemin, afin que je puisse la sharer sur Twitter pour mes potes de #transcan16. Pis j’suis tombé sur la p. 342 de l’édition Galllimard de Sur la route (coll. « Du monde entier », 2010), et ça se trouve donc (vue l’imposante préface d’Howard Cunnell), à la 220e page de texte sur 385 de ce qui ne l’oublions pas constituait un rouleau fait de feuilles tapées (je veux dire reliées par du scotch tape) et tapuscrites, à l’allure de la mitraillette, comme faisait Steinbeck (et Neil quand il a su écrire  Dean retrouve son vrai nom dans le rouleau original…). Bref, la voulez-vous la sentence : bellavla :

Ma garce de vie s’est mise à danser devant mes yeux, et j’ai compris que quoi qu’on fasse, au fond, on perd son temps, alors autant choisir la folie.

Jack Kerouac, Sur la route. Le rouleau original, p. 342.

Si je l’ai reproduite ici c’est d’une part qu’il est trop tard pour que mes compagnons du TheoLiNum (Laboratoire de recherche sur les Théories de la littérature numérique) et autres qui suivent leurs pérégrinations scripturales et cybernétiques puissent la lire live… je prie pour qu’ils dorment à poings fermés… partiellement parce qu’elle n’entre pas dans 140 caractères, et puis, comme je viens de tenter de vous le communiquer dans une langue s’inspirant irrévérencieusement du franc-parler de notre fou-brack préféré, j’aurais pas voulu que vous croyiez que j’avais simplement repêché la citation figurant au haut de la liste de Babelio pour cet ouvrage phare des écritures de la route… sans l’avoir lu. Non, je l’ai lu, mais là j’ai juste évalué instinctivement où se trouvait le moment de révélation niché au cœur du roman où le récit se construit et j’ai mis le doigt sur cette phrase là, directement.

Pour quessé fére

Quel rapport avec le projet d’épuisement de la transcanadienne ?

Eh bé !… D’emblée je pense que c’est un projet un peu fou. Ensuite après une première journée où ils ont rallié Kapuskasing («là où la rivière courbe»… ce sera une ligne seulement évoquée), les membres de l’équipe d’explorateurs (appelons-les les épuiseurs) arrivent en pleine forêt d’épinettes, alors c’est là que l’impression d’errer peut susciter des remises en question. Pourquoi nous être mis dans cette situation ? Aussi, j’ai voulu leur renvoyer un reflet de ce que ce sentiment d’être perdu (ou à tout le moins désorienté : voir les tweets #onsaitplusouonest) pouvait provoquer comme affirmation d’une liberté. couv_CVital-rapport-cultautochtone_20160527-Desti-Nations

Image de ligne d’horizon s’apparentant à un échantillon de musique à masteriser         Illustration en couverture du rapport C’est vital.

Troisième pertinence de cette citation : elle a beau avoir l’air pessimiste, ce qui est beau c’est justement qu’il continue, il ne se laisse pas abattre par le fait qu’il est rejeté par lesparents de son ancienne femme, et il nous communique la réflexion qui lui est venue à ce moment-là, et qui fut un passage par lequel il a poursuivi sa route.

Lire la suite