Poème pour l’ouïr


Si tu m’écoutes, qu’entends-tu ?
Est-on trop loin pour dialoguer ?

L’écart tue-t-il l’écoute ?
Et le dire, alors : jusqu’où se rend-il ?
À quelle limite porte-t-il ?

Une plaine est sans vivant
Si ce ne sont les graminées
Les insectes sourds
Survolant les fleurs de trèfle
Ou rampant sous le couvert des feuilles

Et le ciel bleu lacéré de blancs cotons

Qu’oit-on depuis la hauteur et
L’horizontalité d’entre les arbres ?

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s