Un livre qui donne son nom à une collection


Les livrels que j'ai réalisés pour Lux éditeur feront progressivement l'objet d'une présentation accompagnée de commentaires indiquant des apprentissages que ces expériences m'ont permis de faire. Voici l'un de ces témoignages d'expérience en édition numérique. Questions et commentaires bienvenus !

La différence, c’est le nombre

Futur(s) proche(s), un Chomsky canonique

Futurs proches est la traduction française de Hopes & Prospects*, de Noam Chomsky…

C’est l’ouvrage qui a donné son nom à la collection «Futur proche» de LUX éditeur.

Avec Comprendre le pouvoir, ce recueil d’analyses des impacts des politiques américaines dans le reste du monde – qui a pour sous-titre «Liberté, indépendance et impérialisme au XXIe siècle» –  est un des ouvrages les plus importants de Chomsky dans le domaine de l’analyse géo-politique.

Qu’est-ce qui fait que ce texte ressort comme un ouvrage canonique, alors même qu’il présente plutôt la forme d’une anthologie ? D’abord, il faut savoir que, selon Milad Doueihi (auteur de La Grande conversion numérique) la culture numérique est une «culture anthologique».

Futurs proches de Noam Chomsky a donné son nom à la collection où est paru Démocratie.com d'Astra Taylor
La couverture de Futurs proches. Un «inventaire des horizons possibles» dressé par Noam Chomsky. Lux Éditeur, 2011. Conversion ePub, hiver 2015…

Ensuite, pour ce qui touche à l’ouvrage lui-même, outre la clarté de l’exposition, son intérêt réside dans le fait qu’il fait le tour de nombreuses questions qui pertinentes pour notre temps, et liées par la question des rapports des États-Unis à l’étranger. Le message en est un d’espoir, comme le titre anglais l’indique, car même si l’avenir paraît s’être assombri depuis l’élection de Trump à la présidence de cette super-puissance, la leçon que l’on tirait de la lecture ce Chomsky est justement que le changement devrait venir du progrès de la démocratie dans les autres pays, notamment en Amérique latine. Mais la puissance de cet assemblage de textes pouvant paraître tout de même assez hétéroclite vient de ce qu’une constante les traverse (et c’est là –  la stabilité – un des fondements du concept même de canonicité), soit le fait qu’ils aient toujours été écrits avec le même souci d’être intelligibles, tout en faisant confiance à l’intelligence des lecteurs. C’est une conception humaniste et pragmatique de la «probité intellectuelle», comme dirait Nietzsche. Ce que je veux dire par là est que Chomsky se comporte comme un bon pédagogue en nous traitant en adultes. Il ne nous cache pas que ce qu’il nous livre, ce sont ses interprétations, et il nous laisse la responsabilité, en tant que lecteurs de tirer nos propres conclusions à partir des faits qu’il expose en abordant des questions  complexes sous un angle spécifique. La question qui sous-tend l’ouvrage est celle de l’avenir de la démocratie et si les lecteurs veulent être honnêtes, ils devront s’efforcer de reformuler eux-mêmes des réponses dont la valeur sera en partie tributaire de la qualité des sources citées.

C’est pourquoi la démarche de Chomsky, ici comme dans ses autres ouvrages consiste à nous demander implicitement de vérifier si les éléments d’informations sur lesquels il s’appuie pour effectuer ses affirmations sont bel et bien fiables. Et évidemment, on ne doit pas perdre de vue que ces analyses ou résultats d’enquête sont eux-mêmes des interprétations au service d’une argumentation. À partir de là, l’important est de pouvoir ouvrir la réflexion et de débattre.

Les deux parties de la critique : l’argumentation et les faits

Ainsi, pour que l’ouvrage conserve sa crédibilité, la clé est dans l’ouverture de l’écriture à la critique. Ce qui implique que l’on puisse approfondir la réflexion tout en creusant la question de savoir si les références citées sont elles-mêmes fiables. Une partie de la tâche de lecture consiste donc à s’assurer que les arguments soient cohérents. C’est ce que le court délai imparti pour réaliser la conversion du fichier de LaTeX vers ePub et PDF interactif ne me laissait pas le temps de faire. Mais une autre partie du travail d’évaluation des thèses avancées consiste dans la critique des sources, en fonction du/des contexte(s)… Or pour être en mesure d’apprécier les citations et les références à leur juste valeur, encore faut-il y avoir accès… Avec ce livrel-là, le défi ce furent surtout les très nombreuses références et leur vérification afin de s’assurer qu’elles soient toujours à jour. En conclusion, c’était un beau défi, Futurs proches de Noam Chomsky.

La question du nombre est… multiple !

Dans le domaine de l’édition numérique, il est facile de se laisser désorienter par la quantité de considérations techniques qui accaparent notre attention les unes après les autres.
Or, la question de la quantité d’opérations est déterminante.
Jusqu’à quel point est-il possible d’automatiser les tâches ?

Évidemment, si tout l’ouvrage avait été conçu avec la publication de la version ePub, qui suppose que l’on respecte les principes des documents structurés, les choses devraient bien se passer.
Mais les documents réalisés avec InDesign sont remplis, lorsqu’on les convertit en ePub, de plein de code inutile qui brouille les pistes et ne nous facilite pas la tâche. Et faire le ménage là-dedans, est le genre de souci qui risque de nous détourner d’un autre travail fondamental : celui de vérifier les sources, car même si Chomsky est un chercheur rigoureux, et LUX une maison d’édition fiable, le temps ayant coulé sous les ponts, il se peut qu’il y ait des références à des articles publiés sur le web qui ne se trouvent plus là où ils étaient.
Alors il faut chercher. Et ce sans trop compter le temps…

Le numérique c’est plus que des nombres, et l’éducation en ressort grandie !

Mais, le nombre, c’est aussi dans la question de la multiplicité (ou non, si on court vers l’homogénéisation) des avenirs que la réflexion critique nous ouvre, qu’il se trouve (ou qu’il trouve son compte).
Sans oublier qu’il (le nombre) est dans l’idée de «numéricité» elle-même. Mais celle-ci déborde largement le nombre et inclut des dimensions humaines et herméneutiques, culturelles et psychologiques, voire spirituelles, qui ne s’y réduisent pas. Car, c’est d’abord et avant tout une question d’éducation relative à ces nouvelles pratiques, propulsées par les supports hypermédiatiques, et les dynamiques de réseautage (des personnes et des écritures numériques, logicielles et littéraires) qu’ils (ces supports/dispositifs) rendent possibles.

Et la nécessité nous pousse à promouvoir la mise en valeur des différences.

De la prospective à la critique du présent, il n’y a qu’un pas… trois cas proches de nous

La collection «Futur proche» a vu paraître Democratie.com d’Astra Taylor. Le sous-titre en est «Pouvoir, culture et résistance à l’ère des géants de la Silicon Valley». Je vous le recommande.
C’est aussi dans cette collection que fut publié Dépossession. Une histoire économique du Québec contemporain. (Tome 1: Les ressources). Comme vous le constatez avec la couverture, il y a eu renouvellement de la charte graphique. Je ferai état des défis particuliers que la réalisation de ce livre numérique a posées dans la fiche le concernant de mon portfolio. Éventuellement, il vaudra la peine d’élargir la réflexion pour aborder la question des rapports entre l’édition numérique et les liens entre politique et esthétique.


* Chomsky, Noam, Hopes & Prospects, Londres, Penguin Books, 2011, 336 p. <https://www.penguin.co.uk/books/176272/hopes-and-prospects/>

Pour lire d'autres souvenirs des défis intéressants que représente l'édition, même «homothétique», de livres numériques (livrels), rendez-vous dans la sous-section «illustrations de ma démarche» («portfolio») accessible via la section «cheminement» (qui renvoie au CV) sous l'onglet «Fabrix livres» du menu principal.
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s