Un baptême de feu par la bande de l’Histoire des Amériques


Réalisation des versions ePub et PDF interactif de Québec sous la loi des mesures de guerre. 1918

Au moment où j’ai été recruté par la petite maison d’édition indépendante québécoise, LUX éditeur, pour effectuer un stage en édition numérique vers la fin septembre 2014, j’ai renoncé à produire immédiatement Sœurs volées qui était un livre important (un essai/reportage d’Emmanuelle Walter sur le drame des femmes autochtones disparues et assassinées), parce que je voyais bien que cela représenterait un certain défi que de mettre à ma main les feuilles de style utilisées pour la réalisation des livres numériques précédemment parus (produits par l’équipe de M. Bergeron).

Québec sous la loi des mesures de guerre. 1918 (couverture)
Couverture de Québec sous la loi des mesures de guerre. 1918 de Jean Provencher, premier livre numérique que j’ai réalisé pour LUX éditeur

Ève Delmas m’a donc recommandé de concentrer mes efforts sur la préparation de la version numérique du livre qui venait de paraître quelques jours auparavant sur la répression des manifestations qui avaient eu lieu à Québec, en 1918, soulèvements qui avaient conduit à l’instauration de la loi sur les mesures de guerre. L’imposition de cette mesure extraordinaire qui suspend les libertés civiles et donne des pouvoirs d’arrestation arbitraires à la police et permet à l’armée de prendre le contrôle des espaces publics et privés avait dégénéré en bain de sang dans les rues du quartier St-Roch à Québec, où s’étaient massés des manifestants. Alors que les militants pacifistes et des passants étaient pris en souricière, un officier autoritaire (et fou) avait ordonné le déclenchement de salves de mitrailleuse automatique, ce qui avait provoqué de nombreuses morts parmi les personnes non armées rassemblées là pour clamer leur opposition (à la participation du Canada à la guerre et à la conscription) ou ayant eu le malheur de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. J’ai donc pu prendre appui sur les feuilles de style CSS réalisées pour le livre  L’Armée indigène, mais le résultat qui était attendu pour se rapprocher le plus possible de la charte graphique de la version PDF (plus ancienne) de la version papier du livre de Jean Provencher, différait suffisamment pour qu’il devienne nécessaire d’apporter de nombreuses modifications qui paraissent anodines, mais qui font toute la différence dans la manière de nommer les éléments et de qualifier la façon dont ils doivent être mis en forme en relation avec la manière dont ils s’enchaînent. Ce sont des subtilités, mais ce sont le genre de finesses qui requièrent un grand soin pour arriver à rendre ce qui était sur les planches à desseins.

La bonne nouvelle est qu’il reste des progrès à faire…

De plus, comme il fallait partir du fichier InDesign, il était possible de commander la conversion de celui-ci en fichier ePub, mais cela risquait de faire disaparaître le statut particulier de certains éléments qui ne se démarquaient que par leur mise en forme. Il fallait donc jouer d’astuces pour d’abord identifier plus clairement les éléments qui allaient devoir se voir attribuer une classe particulière. J’ai finalement trouvé une manière de procéder qui est prévue par InDesign, et il a fallu aussi prévoir les nom des classes en question avant d’effectuer la conversion afin de pouvoir commander que la classe appropriée soit accordée aux éléments en italique par opposition à ceux qui étaient des éléments marqués comme titres et qui étaient aussi en italique, par exemple. Ce seraient des éléments <em> dans les deux cas, mais avec une classe différente. De plus la réalisation du PDF interactif fut en partie simplifiée par le fait que je partais du document InDesign. Mais dans le processus de conception des livres, les éditeurs n’ont pas encore pris l’habitude de tenir compte du fait qu’un PDF interactif sera souhaité, et Adobe n’a pas prévu la conversion automatique des références croisées en fin de volume lorsqu’on produit des livres divisés en plusieurs documents. Bref, il y a encore de la concertation requise entre éditeurs, concepteurs de logiciels et producteurs de livrels. Le tout étant de savoir quand on compte passer aux ePub 3 de manière plus systématique.


Référence : Jean Provencher, Québec sous la loi des mesures de guerre. 1918, Montréal, Lux éditeur, septembre 2014, Préface de Fernand Dumont, Coll. «Mémoire des Amériques»

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s